Macareux

MacareuxOn pourrait croire qu’ils sont la mascotte de l’Islande tant on voit leur photo partout dans le pays ! Les macareux sont d’adorables petits oiseaux au bec coloré, au plumage noir et blanc, au corps ramassé et tout en rondeur. Si vous visitez l’Islande pendant le printemps ou l’été, vous aurez toutes les chances d’en rencontrer !

Les macareux : des oiseaux migrateurs en escale chaque année en Islande

Même si on les voit en photo dans toute l’Islande, les macareux ne sont en fait présents sur l’île que quelques mois dans l’année, pendant leur période de reproduction. Celle-ci se situe environ entre la mi-avril et la mi-août, avec des variations selon les années et selon les colonies. À cette période, ils se regroupent en de très larges (et bruyantes) colonies qui occupent des falaises entières.

Chaque printemps, ce sont ainsi approximativement 10 millions de macareux qui viennent se reproduire sur les côtes islandaises, soit la grande majorité des colonies de macareux atlantiques.

Les macareux passent le reste de l’année en mer, au large des côtes, en plein océan atlantique, généralement à des latitudes situées un peu plus au sud que l’Islande. Si l’on sait peu de choses sur cet aspect de leur vie, on sait qu’ils se dispersent et y mènent une vie plutôt solitaire, pêchant et ne touchant terre qu’au printemps.

De fins pêcheurs

Ce n’est pas pour rien que les macareux sont tellement appréciés en Islande, ce pays de pêcheurs ! Ce sont des oiseaux marins pélagiques, ce qui signifie qu’ils plongent sous l’eau – pendant 20 à 60 secondes – pour pêcher de petits poissons. Contrairement à la plupart des autres oiseaux, ils peuvent en tenir plusieurs dans leur bec, ce qui leur permet de pêcher de manière extrêmement efficace. Leurs petites ailes leur permettent de plus de se déplacer avec une grande dextérité sous l’eau, leur plumage étanche et leurs rondeurs leur offrant une physionomie particulièrement adaptée à la vie aquatique. En vol, vous les repèrerez facilement par leur attitude car ils battent des ailes très rapidement en rasant la surface de l’eau.

Des oiseaux fidèles

Lorsqu’un couple de macareux se forme, il reste généralement fidèle pour plusieurs années, occupant d’une année sur l’autre le même nid-terrier que le mâle construit. Un couple n’élève qu’un œuf unique par an, rejeton que chacun garde précieusement en se relayant pour couver et pêcher. Si les jeunes macareux passent les premières années de leur vie en mer, ils reviennent toujours sur le site de leur naissance pour se reproduire à partir de leur 5ème printemps.

Une espèce en danger ?

Macareux en IslandeSurnommés « petits frères du nord », en référence à la couleur de leur manteau de plumes noires qui fait penser à des religieux, les macareux sont très appréciés en Islande… pour leurs œufs, encore aujourd’hui récoltés par certains locaux, mais aussi pour leur duvet et leur chair. De nombreux restaurants proposent des plats à base de macareux, et le cœur de macareux cru est un plat traditionnel islandais.

Pour autant, les macareux atlantiques d’Islande ne semblent pas particulièrement en danger à l’heure actuelle, leur nombre restant stable depuis plusieurs dizaines d’années. Ils sont par contre sensibles à l’augmentation des quotas de pêche qui pourrait réduire les stocks de poissons dont ils se nourrissent, ainsi qu’au réchauffement climatique qui perturbe leur écosystème.

Où observer des macareux en Islande ?

Les îles Westmann représentent à elles seules la plus grande colonie de macareux atlantiques au monde : elle est estimée à 4 millions d’individus pour environ 1 million de nids chaque année. Des « Puffin tours », en voiture et en bateau, sont organisés depuis l’île ou depuis Reykjavik pendant toute la période de reproduction des macareux.

Latrabjarg, la falaise des oiseaux située à l’extrémité ouest des Westfjords, héberge elle aussi une impressionnante colonie de macareux, exceptionnellement peu farouches. Il est possible de les approcher de près, mais attention à ne pas basculer par-dessus bord !

Les falaises de Hornbjard, dans le nord de la réserve naturelle de Hornstrandir (nord-ouest du pays), hébergent également une importante colonie de macareux, beaucoup plus sauvage et moins fréquentée puisque accessible uniquement à pied.

Lundey, littéralement « l’île aux macareux », héberge une colonie d’environ 20 000 têtes chaque année et est accessible en quelques minutes de ferry depuis Reykjavik.

De nombreuses autres colonies, plus modestes, sont dispersées le long des côtes du pays, alors n’hésitez pas à aller explorer les falaises de bord de mer !